COLLOQUE

 

EGLISES ET IMMIGRATION

 

Présence africaine et valeurs républicaines :

 

Apport des Groupes et Eglises Issus de l’Immigration ?

 

 

Paris, 11 et 12 Mars 2006

 

 

 

 

LES « LAICITES AFRICAINES » FACE AU DEFI DE L’INTEGRATION

 

Par

 

M. Clotaire SAULET-SURUNGBA

 

Président de l’ADAAC , d’EDUCAVENIR et de la Coordination Action Humanitaire pour le Centrafrique

Militant associatif

Professeur de Sciences Physiques au Lycée Alfred KASTLER de CERGY (95)

 

 

 

 

 

 

« Pourquoi tes habits sont-ils rouges Et tes vêtements comme les vêtements de celui qui foule au pressoir ? J’ai été seul à fouler à la cuvée, Et nul homme d’entre les peuples n’était avec moi ; Je les ai foulés dans ma colère, Je les ai écrasés dans ma fureur ; Leur sang a jailli sur mes vêtements, Et j’ai taché tous mes habits. »

 Esaïe 63/2-3.

 

 

« Seigneur, jusqu’à quand les méchants seront-ils à la fête ? Oui, jusqu’à quand ? Ils profèrent grossièretés et insolences, ils font les fanfarons, tous ces gens qui causent le malheur des autres. Ils oppriment ton peuple, Seigneur, ils maltraitent ceux qui t’appartiennent. Ils tuent froidement la veuve et l’immigré, ils assassinent les orphelins. Et ils ajoutent : Le Seigneur ne voit rien, le Dieu de Jacob n’y fait pas attention. »

Psaume 94/3-7.

 

 

 

 

 

 

 

INTRODUCTION

 

En cette matinée du samedi 19 février 2005, je me rasais dans ma salle de bain et mon portable que j’ai pris l’habitude de ne plus quitter, même dans des endroits intimes sonna. Qu’elle n’a été ma surprise et toute la fierté que j’ai éprouvé en apprenant que mon interlocuteur était le Président de la Fédération Protestante de France (FPF), le Pasteur Jean -Arnold de CLERMONT ! Il avait tenu à m’informer qu’il devait comparaître devant le Tribunal ce matin à 10H00 pour l’incident extrêmement grave qui a eu lieu, le dimanche 6 Février 2005 dans quatre églises évangéliques à Montreuil…

 

Pour mémoire, il y a lieu de rappeler que sous le fallacieux prétexte de vérification du niveau de sécurité, M. Jean-Pierre BRARD, Député -Maire de Montreuil avait fait une intrusion intempestive dans une église haïtienne et voici quelques clichés de cet évènement, tel que rapporté par le pasteur MAS Félicien de l’Assemblée Chrétienne Le Rocher : « Lorsque le Maire s’est rendu à l’Eglise Haïtienne de Montreuil, il a commencé par arracher les affiches devant la porte, est rentré dans l’église, s’assied pendant quarante minutes. Il se lève ensuite pour compter les chaises en plein culte…Il est ensuite monté sur le créneau pour dire aux chrétiens : arrêtez de chanter ! Arrêter de faire du bruit ! ici on prie dans le cœur !... »    

 

Ce samedi 19 février 2005, le Pasteur Jean -Arnold de CLERMONT devait ouvrir officiellement les assises du Premier Congrès de la Diaspora Africaine Chrétienne en France, organisé par l’ADAC en partenariat avec le Parc des Expositions Saint-Martin à Pontoise. En raison de cette contrainte, il avait demandé au Président de la Fédération des Eglises du Plein Evangile en France (FEPEF), le Pasteur Jean-Pierre RICHE, de le représenter à la cérémonie d’ouverture…

 

Sur la ligne du RER A, le train venait de quitter la station Charles De Gaulle –Etoile en direction de Cergy –Le -Haut qu’un serviteur de Dieu, africain noir et non « homme de couleur », car le blanc, le noir, le rouge, le vert, le rouge ou l’indigo sont des couleurs et que l’expression « homme ou femme de couleur » que le langage courant semble adopté pour désigner exclusivement et pudiquement des noirs a une connotation discriminatoire, même au sein d’une assemblée où théoriquement, il ne doit pas y avoir « ni de grec ni de juif », ce serviteur de Dieu, disais-je, avec sa Bible Thomson et dans un français impeccable, s’est levé pour prêcher la Bonne Nouvelle devant des passagers en reste quelque peu médusés. Ignorait-il qu’ici, du moins à Montreuil de Jean-Pierre Brard, on devait prier dans le cœur ? N’était-ce pas un illuminé ? N’était-ce pas un de ces envoyés de la mission de retour qui serait venu « christianiser » une France complètement « déchristianisée » ? N’était-ce pas, au regard du thème qu’il développait avec aisance et cohérence, un moraliste venu remettre de l’ordre dans une société qui a « refusé l’ordre, sans vision d’un ordre de remplacement » comme le dirait Raymond ARON ? 

 

En novembre 2005, j’étais en déplacement à Besançon avec quelques compatriotes, dans la Franche-Comté, pour participer à une journée de réflexion sur la République Centrafricaine, organisée par l’association « Centrafrique –Sans –Frontières-CSF », en prélude à la célébration décentralisée de la Semaine de Solidarité Internationale. Le « petit poisson » apposé à l’arrière de ma voiture aura été salutaire pour moi. En effet, ce petit poisson a suscité une sympathie exprimée ouvertement par une jeune habitante de Besançon qui n’a pas hésité à me donner des informations explicites sur la manière dont je devais m’y prendre pour retrouver le chemin de la salle de conférence…J’étais quelque peu perdue sur le parking de la gare…

 

La dernière église à laquelle j’ai appartenu, engagée dans l’action humanitaire en direction de Madagascar, le Sri - Lanka, l’Inde et la République Centrafricaine, avait inscrit la prière pour la paix dans son agenda. Les élections en Afrique de manière générale étant suivies de contestations et de troubles, il fut institué des séances de prières pour que les élections générales, présidentielles et législatives, se déroulent dans le calme et que la volonté de Dieu se fasse.

Dans cette église que j’ai fréquenté assidûment jusqu’au 29 septembre 2005, l’engagement « missionnaire et humanitaire » pour le Centrafrique a conduit les responsables de l’église à convaincre subtilement les fidèles à ne prier que pour un seul candidat, en l’occurrence le pasteur - adjoint de l’église, officiellement « accrédité à Bangui comme Pasteur Ambassadeur » responsable d’une ONG chrétienne d’action humanitaire  et devenu « Pasteur – Ambassadeur -Candidat aux élections présidentielles »…Dois-je préciser que mes prières pour chacun des onze candidats afin que la volonté de Dieu se fasse étaient un grain de sable dans un mécanisme ?

 

En Centrafrique, je me souviens toujours de nos luttes pour le paiement des arriérés de salaires devant « le mur de lamentations » des Travailleurs Centrafricains et qui est la Bourse du Travail. Nos assemblées générales des samedi matin à la Bourse du travail commençaient chaque fois par des prières dites par un chrétien protestant, catholique ou par un musulman…

 

Je venais à peine de fuir mon pays d’origine en juin 2001 et dans l’attente de mes papiers, je découvris un titre, en gros caractère, sur l’hebdomadaire « L’EXPRESS » N° 2626 du 7 novembre 2001 : POURQUOI DIEU EST DE RETOUR ?  Je n’ai pas hésité à débourser 18 francs pour me procurer ce journal…Je voulais savoir comment ce Dieu qui a toujours été avec moi, depuis que je n’étais qu’un avorton au sein de ma mère, a pu « voyager » avant de revenir, au point de conduire des journalistes à dire qu’Il serait de retour…Je voulais savoir comment ce Dieu omniprésent se serait « absenté » quelque temps avant de revenir…

 

Ces six faits que je me suis permis de relater ici, en introduction à ma communication, révèlent que la religion est présente dans la vie de tous les jours, que l’on se trouve en France ou en Afrique…Ils démontrent également que l’attitude à l’égard de la religion dépend de l’endroit où on se trouve…La religion peut ou ne pas être exclue de la vie publique…

 

LAICITES AFRICAINES FACE AU DEFI DE L’INTEGRATION ?

 

Je me demande si je suis qualifié pour traiter cette thématique ? Le « braconnier » que je suis, professeur de la plus belle et passionnante discipline qu’est la PHYSIQUE-CHIMIE, le « chrétien de base » va s’hasarder, j’allais dire « braconner » sur le domaine réservé des sociologues ou bien des spécialistes…

 

La crainte de l’Eternel n’est-elle pas le commencement de la sagesse et de la science ?...Je vais donc, avec cette crainte de l’Eternel, tenter de répondre aux questions suivantes :

 

Existe-t-il des similitudes entre les laïcités européennes de manière générale, et française particulièrement et les laïcités africaines ?

 

Les laïcités africaines  constituent-elles un frein ou un atout à l’intégration en France et non pas à l’assimilation des populations issues de l’immigration ?

Que faire pour que  la Diaspora Africaine Chrétienne, dans une France en pleine interrogation sur les questions de l’immigration et de la laïcité, ait une lecture chrétienne, donc universelle, de sa place et de son rôle pour la consolidation du « VIVRE ENSEMBLE » dans une France de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité ?

 

Que faire pour que la Diaspora Africaine Chrétienne, dans une France en pleine interrogation sur les questions de l’immigration et de la laïcité soit respectée et respectable quand bien même elle soit toujours perçue à travers le prisme déformant des tristes réalités historiques et des préjugés de toute sorte qui sous-tendent, malheureusement, toute approche de questions existentielles relatives à cette frange de la population que le subconscient collectif  veut confiner dans un caricatural exotisme ?

 

L’essence de ma communication va être une réponse ou mieux, une tentative de réponse à cette triple interrogation.

     

 

I-                   EBAUCHE DE DEFINITION

 

Par définition, la laïcité est le caractère de ce qui est indépendant des conceptions religieuses ou partisanes. C’est un système qui exclut les Eglises de l’exercice du pouvoir politique ou administratif, et en particulier de l’organisation de l’enseignement public (cf. Larousse).

 

Ainsi, deux éléments sont à la base de la définition de la laïcité : la séparation de l’Eglise et de l’Etat et la neutralité de l’Etat à l’égard des religions. Cette approche signifie que l’Etat, tout en n’étant pas inféodé à une religion, se doit d’avoir un même regard sur toutes les religions.

 

Des études ont montré, et je me permets de faire appel aux éléments des travaux de Régis DEBRAY ou Bernard STASI, que les rapports avec la religion peuvent être marqués par de l’indifférence -la religion ne concerne pas l’Etat- ou par une certaine hostilité -anti-cléricalisme, anti-religion. Ces rapports peuvent être empreints de complicité ou d’accueil…

 

 II-DE LA LAICITE FRANCAISE

 

Historiquement, la loi de 1905 sur la laïcité a été promulguée en plein conflit entre l’Eglise catholique et l’Etat. Tout en fixant les modalités de gestion des édifices cultuels, cette loi prévoit la constitution d’associations cultuelles auxquelles peuvent être accordées des exemptions fiscales.

 

« A César ce qui est à César ! A Dieu ce qui est à Dieu ! » Telle a été la réponse que Jésus avait apporté à ceux qui l’interrogeaient … Cette réponse consacre la séparation du temporel de l’intemporel, la distinction entre les choses de Dieu et les questions humaines. Autrement dit, notre Seigneur Jésus a lui-même fait une dé liaison théologie –politique tout en invitant son disciple et non le ministre du culte qui doit être au dessus de la mêlée, à devenir le « sel » et la « lumière » sur tous les terrains, y compris celui de l’économie, du sport, de la protection des droits humains et de l’environnement, de la culture, de la politique…

 

Le roi Salomon, dans le livre 127 des Psaumes affirme sans ambages : « Si le Seigneur ne bâtit la maison, c’est en vain que les maçons se donnent du mal. Si le Seigneur ne veille pas sur la ville, c’est en vain que les veilleurs montent la garde. C’est en vain, vous aussi, que vous vous levez tôt, que vous levez tard et que vous peinez à gagner votre pain. »  

 

La culture judéo-chrétienne de l’Europe Occidentale dont la France fait partie prend-elle en compte ces deux premiers versets du Psaume 127 ?

 

Sous la plume de Marion FESTRAETS, nous lisons dans l’EXPRESS N° 2626 de novembre 2001 :

 « Nous sommes chrétiens au même titre que nous sommes allemands ou périgourdins, écrivait Montaigne. Le 11 septembre nous a-t-il rappelé, outre notre condition d’Occidentaux, cette identité négligée ? Alors que l’Orient s’embrase au nom d’un Allah impavide, qu’avons-nous fait de Dieu ?

Le constat n’est pas d’hier : les églises se vident, les prêtres s’éteignent, les fidèles vieillissent. Dans les années 60, 89% des français revendiquaient leur appartenance ; à peine 55% en faisaient autant en 1998…La messe hebdomadaire, en chute libre, rassemble désormais moins de 10% des français, et les deux tiers des enfants délaissent le catéchisme. Si l’on continue malgré tout, à célébrer les rites de la naissance, du mariage et de la mort, c’est moins par adhésion au culte que par ce qu’on n’a rien trouvé pour les remplacer…On se marie à l’église pour le cérémonial et la jolie robe, pour l’émotion et les dorures, que la mairie n’offre guère, mais qui se soucie des mots du prêtre ? »

 

En ce qui concerne les autres religions, notre journaliste écrit : « Minoritaires, les quatre (4) millions de musulmans et les 600 000 juifs français échappent pour l’heure à une désaffection qui, si elle se manifestait, mettrait en péril l’identité même des fidèles.» Et notre spécialiste de souligner que « plus que tout autre pays de l’Europe Occidentale, la France s’identifie autant, sinon davantage, à la laïcité républicaine qu’à sa tradition religieuse »…

 

Qui dirait mieux ?...En tous cas, pour ma part, je ne peux que prendre en compte ce constat jusqu’à la preuve du contraire…

 

III-DES LAICITES AFRICAINES ?

 

Le vingt et unième siècle sera religieux, prédisait MALRAUX…En effet, en Afrique, en Asie, en Amérique latine, les fidèles, tous les vendredi pour les musulmans, tous les samedi pour les adventistes du 7ème jour et tous les dimanche pour les autres chrétiens, prennent d’assaut les mosquées, les temples ou les églises…Des grandes Conventions sont organisées pour annoncer la Parole de Dieu…On monte sur les montagnes pour prier, pour rechercher Dieu sur les hauteurs du « Bas - Oubangui », notre Dieu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob dont l’ omniprésence semble échapper à ces ascètes qui, quelquefois, versent dans des déviances…Roméo et Juliette, j’allais dire Kossi et Yassi, vont sur les collines ou dans les forêts sacrées pour, non seulement prier Dieu qui est présent dans leur chambre, mais pour donner une dimension « plato -romantique » à une « retraite » qui n’a de spirituel quelquefois que la Bible qui est mise en évidence dans la main…  

 

On va à Lourdes pour chercher l’eau bénite sensée guérir toutes les maladies…On va à la Mecque pour lapider satan avec des cailloux…Quelquefois, le satané que l’on vient lapider ne reçoit pas les cailloux en raison des bousculades qui font que quelques pèlerins, leur caillou à la main, se font écraser dans un désordre indescriptible…Pourtant, le Créateur de l’Univers qui a  placé toute chose à sa place au point où la Lune qui gravite autour de la Terre ne va pas décrocher de son orbite pour s’écraser dans le désert du Kalahari ou dans le Sahara, ce Dieu donc pourrait-il permettre ces désordres qui, d’année en année, coûtent la vie à des pères de famille, à des mères de famille, à des hommes et femmes qui, pourtant, économisent toute une année pour faire le hadj ou pèlerinage ?

 

En Afrique, les rapports de l’Etat avec la religion peuvent être, dans certains cas, empreints de tolérance ou mieux, par un accueil, voire une complicité…Au point où les frontières entre la Politique et Dieu soient floues, tenues et il en résulte quelquefois un amalgame politico-religieux que d’aucuns voudraient tordre le coup aux textes bibliques pour se faire passer aux yeux de leurs corréligionnaires, voire du monde entier, comme des messies venus sauver les populations africaines abandonnées en cette période de la mondialisation néo libérale et de globalisation…

 

Serait-il hasardeux d’évoquer ici les exemples de l’armée de résistance du seigneur en Ouganda avec KONI, les NINJAS du pasteur TOUMI du Congo Brazzaville, les indépendantistes de la Casamance de l’Abbé Djermakoune Senghor, les « Talibans » des mosquées de Kano au Nigeria ?

 

Ce qui est certain et les faits sont têtus, au nom de « dieu », on est témoin des cas de figure où des leaders « politico –militaro -religieux » finissent par tenir la bible dans une main et la kalachnikov dans l’autre alors que Dieu, du moins le Dieu des Chrétiens, le Créateur de l’Univers est un Dieu de paix et appelle d’abord à l’AMOUR, à la tolérance, au pardon, à l’humilité et au compromis sans compromission…

 

Je n’hésiterai pas pour dire que dans ces cas cités, la religion ou mieux, Dieu est utilisé pour justifier des choix politiques…Notre Créateur est utilisé comme l’arôme « Maggy », présent sur les tables africaines que l’on utilise pour remonter la sauce à la pâte d’arachides de viande boucanée, de « ndolê », de « koko na gnama na kpé ti sindi » ou bien pour arroser une bonne grillade de « kpêtê na mongbèrè», au même titre que des siècles auparavant, COLBERT a utilisé le Christianisme pour élaborer le  fameux « Code Noir » de Louis XIV…

 

Les rapports entre l’Eglise et l’Etat en Afrique Noire définissent ce que l’on pourrait appeler une « laïcité moderne et partagée » qui fait qu’un chef d’Etat, quel que soit le degré de sa croyance ou son engagement dans le ministère du culte, ne doit s’ériger en chef religieux ou n’aura pas la prétention de faire évoluer le pays vers une théocratie…L’attachement à la DEMOCRATIE est en harmonie avec une pratique religieuse saine et ne donne pas accès à un quelconque prosélytisme…

 

Permettez-moi, par souci de clarté et d’illustration de mon propos qui se veut avant tout se placer dans le cadre des activités de la plateforme de réflexion et d’action que représente l’Association des Diasporas Africaine et Antillaise Chrétiennes (ADAAC) ou (AD2AC) qui succède à la défunte ADAC, permettez-moi d’évoquer à titre d’exemple concret, ces marrons encore chauds que l’on vient de retirer du feu, à savoir l’histoire toute récente de la République Centrafricaine…

 

Comme je le disais tantôt, les rapports entre l’Eglise et l’Etat peuvent être, dans certains cas, empreints de tolérance ou mieux, par un accueil, voire une complicité…Dans le cas de la République Centrafricaine, mon pays d’origine, la vie politique, culturelle, économique voire sociale est profondément marquée par l’héritage de Barthélemy BOGANDA, Premier prêtre oubanguien. Il avait eu le mérite, au regard des souffrances indescriptibles des populations aéfiennes et oubanguiennes, à faire un choix clair et précis, en tombant la soutane pour s’engager le plus honnêtement du monde dans la Politique. Il fut élu, à la fin des années 50, Député de l’Oubangui-Chari à l’Assemblée Nationale Française et Président du Grand Conseil de l’Afrique Equatoriale Française dont Brazzaville, la capitale du Congo, était le siège.

 

Aujourd’hui, cette complicité avec la religion ou mieux, cette crainte de Dieu, pour des motifs quelquefois discutables et discutés, a fait que le Centrafrique soit dirigé, depuis mars 2005,  par un  pasteur , militaire de formation,  qui ne s’est pas caché derrière le ministère du culte pour solliciter les suffrages du peuple…Il a battu un autre  pasteur  qui n’a pas pu franchir le second tour des élections présidentielles, bien que ce dernier, s’appuyant sur l’action humanitaire de laquelle, par définition, on ne doit pas en tirer des bénéfices politiques ou économiques,  ait cru ou ait voulu, subtilement et sans appareil politique, confondant les églises, les temples et même les mosquées en structures « acquises divinement » à ses ambitions hautement personnelles, et  avec le concours intéressé du « système  MARANATHA d’Osny», transformer toutes les chrétiennes et tous les chrétiens du Centrafrique, en toute naïveté voire en tout amateurisme politique, en de potentiels électeurs qui voteraient les yeux fermés à 101 % pour un  candidat estampillé du prestigieux  label « pasteur »…

 

Le score historique de « 1,52% » ne doit-il pas nous faire réfléchir ou bien nous amener à dire, pour les plus optimistes que le temps de Dieu n’est pas encore venu ?

D’autres diraient que si Dieu donne la vision, Il donne en même temps la provision pour permettre d’acheter au moins les petits objets électoraux tels que les « tee-shirts » que l’on offrirait gracieusement au paysan ou au jeune supporter…Ce qui ne signifie en rien une corruption quand bien même il faut combattre résolument et méthodiquement l’achat des voix des électeurs! 

 

En Afrique, d’une manière générale, les religions ne sont pas de la sphère privée de l’intimité et de la conviction…On ne prie pas dans le cœur comme le veut Jean-Pierre BRARD, le Député -Maire de Montreuil…On prie dans les maisons, dans les stades, dans les bureaux, sur les places publiques, lors des cérémonies officielles sans que cela dominent la vie politique…Et la vie politique ne DOIT pas être dominée par les religions, mais plutôt, les religions DOIVENT se placer au-dessus de tout…

 

Et je suis tenté de reprendre ici, les quatre remarques fondamentales exprimées par le Pasteur Jean -Arnold DE CLERMONT, le 19 Février 2005, lors du Premier Congrès de la Diaspora Africaine Chrétienne, organisée par l’ADAC, en partenariat avec le Parc des Expositions Saint-Martin de Pontoise :

 

Primo, le chrétien, et à plus forte raison les Eglises, relativise le politique. Il refuse d’en faire un absolu. Il peut (doit) s’engager et militer ; les Eglises doivent l’y exhorter afin qu’il se comporte en citoyen responsable. Toutefois, ce même chrétien, dans l’exercice du politique, ne pourra oublier ses convictions et les exigences évangéliques. Il aura donc toujours une parole « en retrait » ; il gardera ses distances à l’égard des affirmations politiques ; il fera la distinction entre le choix humain qui est le sien et la volonté de Dieu. Il ne pourra utiliser cette parole de Dieu comme garantie de ses propres choix.

 

Secundo, le chrétien n’en est pas moins engagé, porteur de convictions, mais surtout d’un regard sur le monde et sur l’humanité, informé par la parole de Dieu. Il a donc un rôle premier qui est d’analyser les situations et de dénoncer les déviations de ce monde par rapport à la justice et à la paix voulues par dieu. Il doit s’exercer à montrer ce que peut être cette volonté de Dieu pour l’humanité. S’il est clair que le « royaume de Dieu n’est pas de ce monde » il n’en est pas moins vrai que le chrétien doit pouvoir donner des signes de ce royaume « qui vient ».

Le chrétien a donc en politique un double rôle : de critique et de proposition.

 

Tercio, pour les Eglises le meilleur moyen de n’être pas confondues avec des partis politiques, ou d’être instrumentalisées par le pouvoir politique est d’utiliser le mode du questionnement, pour aider leurs interlocuteurs à se positionner eux-mêmes. Le chrétien, me semble-t-il, s’il doit exprimer un choix devra toujours le présenter dans sa relation avec ses opposants, comme le résultat d’un débat ou les positions adverses ne sont pas niées ou déformées, mais critiquées et dépassées. Ainsi l’auditeur sera lui aussi placé, non devant un impératif, mais devant un choix.

 

Pour conclure, le Président de la Fédération Protestante de France (FPF) avait affirmé qu’en tout cela, il vous apparaît que pour moi, le chrétien est en politique un catalyseur de réflexion autant qu’un homme ou une femme d’action. Pour lui, la politique n’est pas un combat où il faut écraser l’Autre, mais un engagement au service de la société humaine, engagement dans lequel le chrétien sait qu’il a besoin de tous les autres pour arriver à trouver les éléments d’une vérité commune.

En une phrase, le chrétien en Politique est non comme quelqu’un qui sait mais comme un chercheur de vérité, animateur de cette recherche, comme il est devant le texte biblique, avec ses frères et sœurs, à l’écoute d’une parole de Dieu pour aujourd’hui ».

 

Ces quatre remarques du Pasteur Jean – Arnold de CLERMONT en matière d’engagement du chrétien –et non du ministre du culte qui doit se placer au dessus de la mêlée- et que je me permets d’appeler le « CODE DU CHRETIEN EN POLITIQUE » est non seulement en harmonie avec la « Déclaration de Lausanne » qui stipule « …Nous affirmons que l’évangélisation et l’engagement socio - politique font tous deux partie de notre devoir chrétien. Tous les deux sont l’expression nécessaire de notre doctrine de Dieu et de l’homme, de l’amour du prochain et de l’obéissance à Jésus-Christ… »

 

Et pour conclure cette partie, je reprendrai ici la conclusion du texte « L’engagement politique du chrétien » du Président du Comité Protestant Evangélique pour la Dignité Humaine (CPDH) dans le dossier du journal « Construire Ensemble N° 81-mars 2006 ». Le Pasteur Florian ROCHAT affirme :

 

« Nous avons besoin d’enseigner une vie chrétienne non compartimentée entre ce qui serait des questions spirituelles (la prière, le culte, la Bible,…) dans lesquelles Dieu aurait son mot à dire et des questions « bassement » politiques (le monde, l’éducation, l’économie,…) où Dieu serait absent.

Le ministère ou service ne se limite pas au pastorat mais s’étend à tous les chrétiens.

C’est pourquoi, « dans un monde complexe et changeant, nous voulons rechercher le bien commun de la cité…Nous voulons rechercher avec humilité et conviction une participation active à la réflexion , à divers niveaux, afin de proposer des orientations et des engagements qui soient, pour l’humanité, porteurs d’avenir et d’espérance. »

 

IV- INTEGRATION PAR LES EGLISES, LES  SYNAGUOGUES OU LES MOSQUEES ?

 

Je voudrais introduire ce chapitre en faisant un distinguo entre « intégration » et « assimilation » d’une part et d’autre part, faire remarquer que toutes les populations africaines, qu’elles soient noires ou blanches, ne sont pas nécessairement concernées par le processus d’intégration.

 

En effet, nombre de citoyens français noirs sont nés en France et ont par nature, une culture française. Comment pourrait-on demander à ces français que la couleur de la peau range quasi systématiquement parmi les « racailles » ou apparentés ou mieux, parmi les populations issues de l’immigration, de s’intégrer dans une société à laquelle ils appartiennent déjà ? Comment demander à ces citoyens noirs nés en France qui ont déjà l’habitude, à table, d’avoir un menu qui commence par une « entrée », le corps qui peut tout aussi bien être des cuisses de grenouilles que des chenilles ou du poulet fumé avec la sauce « gombo à la pâte d’arachide –dakatine » assortie de la fumante boule de semoule, et que la sortie soit constituée de fruits et de fromage ?

 

Il existe également des africains noirs et blancs, nés en Afrique et ayant migré en France pour des raisons économiques, politiques ou culturelles. Parmi ceux-là, certains appartiennent à l’espace francophone ou ont été des citoyens français qui ont eu à chanter « nos ancêtres les gaulois » sous les Tropiques et qui parlent la langue de Molière tout aussi bien que le français d’origine hongroise ou espagnole...

 

Enfin, parmi les africains noirs et blancs, nés en Afrique ou ailleurs et qui constituent ce qu’il convient d’appeler, populations issues de l’immigration, il y a ceux qui appartiennent à l’espace lusophone, anglophone etc...

 

Pour les deux dernières catégories de personnes, leur monde est fait des problèmes spécifiques tels que les titres de  séjour, le regroupement familial ou l’utilisation des services de « western union » qui les amène souvent à prendre en charge les familles restées au pays...Et c’est à cette catégorie de personnes que le vocable «intégration » trouve tout son sens…

 

Les Eglises ou les lieux de cultes des autochtones, en raison des valeurs sociales chrétiennes devraient favoriser l’intégration des populations africaines immigrées.

 

En effet, sous le vocable « étranger » ou « gentil », on doit entendre, selon le « Nouveau Dictionnaire Biblique- Editions Emmaüs », toute personne qui, n’étant pas israélite, appartient « aux nations » soumises à d’autres chefs et à une autre religion que celle d’Israël. Les Madianites et les Egyptiens (Exode 2/22), les Yebousiens (Juges 19/12) les Philistins (2 Samuel 15/19) les Moabites, Ammonites, Sidoniens, Hittites (1 Rois 11/1) sont expressément appelés étrangers dans la parole de Dieu. Les esclaves achetés à prix d’argent et les prisonniers de guerre qui étaient au pouvoir de leurs maîtres et assujettis aux lois israélites (Genèse 17/12 ; Exode 21/20-21) ainsi que les prosélytes, c'est-à-dire les étrangers ayant adopté la religion des Israélites (Genèse 34/14-17 ; Esaïe 56/6-8 ; Actes 2/10) ne sont considérés comme des étrangers.    

 

Dans les livres de Lévitique 19/33-34 ou Deutéronome 10/18-19, dieu avait ordonné aux Israélites de traiter l’étranger avec bienveillance.

 

Qu’en est-il de la situation des populations issues de l’immigration africaine et antillaise aujourd’hui en ce 11 mars 2006 en France et dans l’Union Européenne ?

 

L’accueil de ces populations, quand bien cela soit teinté de « RACAILLERIE » qu’une « KARCHERISATION » serait la voie obligée, cet accueil par des structures qui doivent être le « sel » ou la « lumière » du monde, c'est-à-dire les Eglises autochtones de JESUS, est-il de nature à favoriser une intégration dans une France de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité ?

 

Les populations issues de l’immigration ne doivent-elles pas, courageusement et avec humilité, se lever pour tenter d’enlever la poutre qu’il y a dans leurs propres yeux à partir de la « Déclaration de Cergy-Pontoise » du 20 Février 2005 et avec les Etats – Généraux des Groupes et Eglises Issus de l’Immigration (EG-GE2I), ce projet à court terme de l’Association des Diasporas Africaine et Antillaise Chrétienne en France (ADAAC) ?  

 

CONCLUSION

 

Que dire en conclusion ?

 

Les Africains dans nos Eglises, un défi, un potentiel considérable, une réalité à prendre en compte ?

 

Tels sont les lignes de force de la présentation de la Fraternité Evangélique Afrique Caraïbes Europe, la FEVACE que dirige le Pasteur Augustin NKUNDABASHAKA…

 

Je vais paraphraser, humblement le Pasteur Augustin NKUNDABASHAKA pour dire, à ma manière :

 

Les Africains et les Antillais dans la République, un défi, un potentiel considérable, une réalité à prendre en compte. La mondialisation néo-libérale et la globalisation de l’économie entraînent avec elles des flux et des brassages importants de populations, quelquefois liées par l’histoire et la culture avec les pays d’accueil…

 

La réalisation des « Objectifs du Millénaire »   gagnerait en intégrant une nouvelle démarche  qui  prendrait en compte un accueil positif des populations du Sud par le Nord afin qu’une nouvelle synergie aux effets démultiplicateurs, permette aux Diasporas Africaine et Antillaise qui sont déjà un ATOUT pour le développement, participent à l’éradication exponentielle de la pauvreté dans les pays d’origine…Et les valeurs sociales du Christianisme que sont l’Amour, la paix, l’intégrité, l’humilité, le pardon et la recherche de l’excellence et du compromis sans compromission, bien assimilées par les acteurs du Sud et du Nord, constituent un gage pour « proposer des orientations et des engagements qui soient, pour l’humanité, porteurs d’avenir et d’espérance » comme l’a souligné le Pasteur Florian ROCHAT du CPDH dans le « Construire Ensemble » de mars 2006…  

 

POUR L’AMOUR ET LA GLOIRE DE DIEU !

 

Clotaire SAULET-SURUNGBA,                                                                                     

 

Jeudi, 09 Mars 2006