PARTI DE L'UNITE NATIONALE

Unité - Discipline Progrès

-=-=-=-=-

DIRECTION NATIONALE DE LA CAMPAGNE
DE JEAN-PAUL NGOUPANDE

COMMUNIQUE DE PRESSE

Valence DOUDANE: un prototype de mercenaire dans la presse privée centrafricaine

Depuis quelques semaines, Monsieur Valence DOUDANE se déchaîne contre le Président Jean-Paul NGOUPANDE dans son nouveau journal, LA PLUME. Ce Monsieur était, il y a seulement quelques semaines, souvent présent chez le président du PUN, qu'il sollicitait fréquemment pour de l'argent destiné soi-disant au bouclage du DEMOCRATE, quotidien où il exerçait les fonctions de rédacteur en chef.

Ayant quitté ce journal, il a fondé LA PLUME, publication pour laquelle il sollicitait de nouveau le concours financier de Jean-Paul NGOUPANDE. Fin janvier et début février 2005, il harcelait littéralement le candidat du PUN à l'élection présidentielle au téléphone. N'ayant pas eu gain de cause, il a donc opté pour la vengeance à travers des papiers au vitriol qui sont un modèle de parti pris politique et d'imposture journalistique.

 Ce fut d'abord la publication de "baromètres" qui prêteraient à sourire si l'enjeu n'était pas une consultation qui doit décider de l'avenir de la Centrafrique dans les prochaines années.

Le dernier en date de ces "baromètres", diffusé dans le numéro 026 de LA PLUME (19 février 2005) montre qu'il a enfin trouvé les bailleurs de fonds qu'il lui faut. Sont considérés par DOUDANE comme étant "en hausse": François BOZIZE, Sylvain NDOUTINGAI et Crépin M'BOLI-GOUMBA, tandis que Abel GOUMBA, Nicolas TIANGAYE et Jean-Paul NGOUPANDE sont "en baisse". C'est très clair, et tellement convaincant!!!

Le numéro 027 du 22 février 2005 est un règlement de comptes en bonne et due forme sous prétexte de portrait du candidat NGOUPANDE. On appréciera l'objectivité en comparant ce jugement à celui d'un autre portrait du même NGOUPANDE dressé par le même DOUDANE dans LE DEMOCRATE il y a quelques mois. La Direction Nationale de Campagne du PUN fait confiance aux Centrafricains, nombreux, qui connaissent et apprécient Jean-Paul NGOUPANDE et qui ne se reconnaissent pas dans ce texte grossièrement partisan.

Pour donner un éclairage sur ce "journaliste", il faut rappeler qu'il fut d'abord au CITOYEN, d'où il a été renvoyé pour malversations financières. LE DEMOCRATE vient de se séparer de lui parce qu'il rackettait des hommes politiques et des opérateurs économiques au nom de ce journal.

Journalisme de mercenaire et moralité douteuse: décidément, M. DOUDANE n'honore pas la presse privée centrafricaine, qui se bat avec courage et conviction dans un environnement politique et économique particulièrement hostile pour la liberté d'expression et la démocratie.

Fait à Bangui, le 22 février 2005

                                         Pour la Direction Nationale de Campagne,

Le Service de Presse